Le 10 décembre 2008, sous l'égide de Patrick Gohet, délégué interministériel aux personnes handicapées, les professionnels de l'audiovisuel, les associations de personnes aveugles et malvoyantes et les instances gouvernementales se réunissent pour signer la Charte de Qualité de l'Audiodescription, proposée et rédigée par Frédéric Gonant et Laure Morisset.

Ce texte de référence, qui avait pour but de sensibiliser le monde de l'audiovisuel à ce procédé afin de contribuer à son développement, a été soutenu notamment par le CSA.  

 

 

 

  

 

Petit historique:

 

 

En 2006, Frédéric Gonant et Laure Morisset, comédiens et audiodescripteurs, constatent que l ’audiodescription, alors peu répandue en France, connait déjà quelques ‘’dérives’’, liées à la méconnaissance du métier. Parallèlement, après avoir assisté à un colloque sur l’audiodescription à l'université de Surrey en Angleterre, ils se rendent compte de l’importance d'établir un cadre de référence avant le développement du marché français.


Conscients de l’importance de développer ce procédé pour rendre la culture audiovisuelle accessible à tous, ils souhaitent également en préserver la Qualité afin de ne pas perdre le sens.

 


Il leur semble alors essentiel d’écrire un texte qui puisse faire connaitre ce procédé, en lister les principes fondamentaux et éthiques, afin que les professionnels puissent s’y référer.

Son but est de sensibiliser les commanditaires sur l'importance de la rigueur et du professionnalisme à intégrer tout au long du processus.


Laure Morisset et Frédéric Gonant ont alors pris contact avec la DIPH (Délégation interministérielle aux personnes handicapées) afin de leur exposer ce projet et ont rédigé un premier texte basé sur leur expérience et sur leurs recherches (notamment sur ce qui existait déjà en Grande Bretagne, Belgique, Espagne, Etats-Unis).

Ils contactent ensuite Mme Maryvonne Simoneau, pionnière de L’audiodescription en France afin de lui soumettre leur texte. Il leur semble en effet nécessaire d’avoir l’approbation de celle qui, il y a trente ans, était formée à l’audiodescription aux Etats-Unis à la demande d’Auguste Coppola, et qui, revenue en France, en amorça le développement. Ils le soumettent également aux audiodescripteurs référencés et au
x différentes associations de personnes aveugles et malvoyantes.


Une fois le texte définitif rédigé, Laure Morisset et Frédéric Gonant ont alors entrepris de le présenter aux différents instances et syndicats.

Ils ont rencontré le  CNC, le CSA,  les regroupements de réalisateurs, de producteurs, de diffuseurs de cinéma, les laboratoires,

ainsi que les chaînes de télévision privées et publiques. Gilbert Montagné, alors  chargé par le ministre du Travail Xavier Bertrand d’établir un rapport sur l’accessibilité pour les personnes aveugles, soutient et encourage leur démarche.

Suite aux retours positifs de ces rencontres, M. Gohet, délégué interministériel aux personnes handicapées ,
entreprend de faire signer cette Charte afin de marquer l’engagement moral et déontologique qu’elle représente.

 

 

Charte de l'audiodescription

ePaper
Partager :