Extraits sonores et visuels  

Django

d'Etienne Comar

 

 

 

 

Cette oeuvre donne à voir et à entendre. Plus que l'histoire de Django Reinhardt pendant la seconde guerre mondiale, c'est aussi tout l'univers du Jazz manouche qui est mis en avant. Cet extrait montre l'équilibre essentiel à trouver entre la description, la voice-over et la musique dont les mélodies sont des dialogues à part entière.

The Search

de Michel Hazanavicius

 

 

 

 

Cette première scène, d’une violence inouïe et d'une cruelle réalité, provoque l'effroi.

 Entre le 'film dans le film' (un soldat russe capte au caméscope l'impensable en Tchétchénie), les injonctions, les cris de terreur, les prières, les coups de feu,...comment s'immiscer dans l'oeuvre? Trouver le ton juste pour la description et les voice-over afin d'accompagner la puissance dramatique.

 

Présumé Coupable

de Vincent Garenq

 

 

 

 

 

Dans cet extrait, les codes cinématographiques permettent de transcender le temps et l'espace. L'audiodescription se doit de transmettre la même illusion. L'emploi des 2 voix participent pleinement à la construction mentale.

.

Cézanne et Moi

de Danièle Thompson

 

 

 

 

Dans ce film, Danièle Thompson emmène le spectateur dans l'univers de deux fabuleux artistes,

et livre une véritable palette d'images.

Dans ce générique de début, tout en délicatesse, comment faire vivre cette succession d'objets porteurs de sens?

 Insuffler du verbe plutôt que de lister les choses,

afin de lier l'inanimé et de donner de l'épaisseur pour créer l'image.

 

 

 

 

Perfect Mothers

de Anne Fontaine

 

 

 

 

Ce film entraîne le spectateur en Australie, ce pays de contrastes où les paysages oscillent entre étendues paradisiaques et déferlement de la nature. Les personnages, ballotés entre douceur et force, entre résistance et abandon, progressent en parallèle et au sein de cette nature. Ce court extrait permet de suivre l'un d'eux à travers trois de ces payasages très différents.

 

 

Une histoire d'amour

de Hélène Fillières

 

 

 

 


Dans ce film noir et sulfureux, Hélène Fillières a choisi 

la musique d’Etienne Daho pour rythmer et ponctuer les scènes sensuelles et fascinantes.

Saupoudrer les descriptions entre les accords de musique pour laisser place à l'imaginaire...

Les deux voix permettent de situer les flash-backs ou les scènes en parallèle, sans pour autant sortir de la trame principale.

Marie Heurtin

de Jean-Pierre Améris

 

 

 

Pour ce film, basé sur une histoire vraie, relatant la condition de Marie Heurtin, née aveugle et muette, nous avons pu collaboré avec Jean-Pierre Améris. Attentif à l'accessibilité de son film, il nous a questionné sur la description de la langue des signes. Par ailleurs, une autre problématique surgissait: celle de donner une voix aux personnages muets. Nous lui avons proposé une interpretation chuchotée de la lecture des sous-titrages.

 

 

Témoignage de Jean-Pierre Améris: 

Je trouve que c'est un travail formidable, c'est incroyable comme en peu de mots on donne à "voir" le film. Encore bravo pour ce très beau travail !

.

Rendez-vous en Terre Inconnue           

Avec Gilbert Montagé au Zanzkar

de Christian Gaume, Frédéric Lopez

 

 

 

 

 

Ce documentaire se prête particulièrement à l’audiodescription, par son rythme qui laisse place au temps des images et aux ambiances, et qui permet de s’insérer entre la voix off de Frédéric Lopez et la richesse des échanges. L’audiodescription permet également de transmettre l’apport culturel spécifique à ce genre de programme.

.

Excalibur, l'épée magique

de Frederick du Chau, Kirk de Micco, William Schifrin

 

 

 


Ce film d’animation s’adresse à un public d’enfants non-voyants. L’enjeu est de trouver le style d’écriture et le ton appropriés à cette tranche d’âge.

.

Le crime était presque parfait

d'Alfred Hitchcock

 

 

 

 

Alfred Hitchcock nous offre ici une scène de crime purement visuelle. L’audiodescription est indispensable pour une bonne compréhension de l’intrigue. C’est un exemple presque parfait de la nécessité de l’audiodescription.

La guerre du feu

de Jean-Jacques Annaud

 

 

 

 

 

Ce film relève du défi. Un film sans dialogues, pourquoi, pour qui ? Au final, la bande son, les bruitages, la musique et le langage primaire se sont avérés être porteurs de l’audiodescription.

Les rivières pourpres

de Mathieu Kassovitz

 

 

 

 

 

Pour ce début de film, Mathieu Kassovitz nous place devant une image difficile à regarder : un cadavre en décomposition. Afin de suivre le rythme du film et de vivre la gravité des images, il est nécessaire de respecter la musique et de rester factuel pour laisser place à l’imaginaire de chacun.